En naviguant sur ce site vous acceptez que nous utilisions des cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des fonctionnalités sociales, des contenus et publicités éventuellement personnalisés.
Prendre rendez-vous en ligne

Syndrôme de l'intestin irritable, colopathie fonctionnelle, colon irritable

 
   Le syndrome de l’intestin irritable ( SII *) encore appelé colopathie fonctionnelle ou colon irritable pourrait se définir ainsi :
 
« J’ai mal au ventre , mon transit est perturbé , mon ventre est très inconfortable et cela retentit fortement sur mon  quotidien et sur mon psychisme voir sur mon sommeil»
  et pourtant « tout va bien » puisque tout est normal : est ce  une plaisanterie ou de l’incompétence de la part du monde médical ?
 
    Deux français sur dix seraient touchés.

   Le SII recouvre plusieurs catégories : avec constipation, alternance diarrhée/constipation, diarrhée. 
   Son diagnostic est clinique et il a la particularité de se définir par des examens négatifs : toutes les techniques d’imagerie ne décèlent aucune anomalie : échographie, ASP, scanner abdominal, coloscopie, fibroscopie, IRM. Les examens biologique sont eux aussi normaux : pas d'inflammation, aucun marqueur de pathologie.
   Les examens de selles sont normaux. Au point qu’on fini par faire croire que tout est normal et que c'est une mauvaise gestion du stress !! Voir une manifestation de l’esprit. Le traitement classique proposé pouvait  aller jusqu’au antidépresseurs ou neuroleptiques .

   STOP!!
   Le
SII existe et il se soigne : il est souvent  possible de retrouver  un bon confort digestif. 
Des anomalies sont en fait bien présentes et mises en évidence en recherche  : micro-inflammation de la muqueuse intestinale, hyper excitabilité neuro-musculaire, hyper stimulation du système immunitaire, (hyper) perméabilité intestinale, dysbiose (perturbation du microbiote qui est notre  flore intestinale), perturbation des nombreuses hormones sécrétées localement par le tube digestif ...

   La nouvelle compréhension du SII  à permis de développer de nouvelles stratégies thérapeutiques pour prendre en charge le SII. Ces stratégies  évolueront dans le temps en fonction des connaissances à venir sur ce monde encore mal connu. À ce jour il est proposé d’agir sur les mécanismes déréglés : excitabilité neuromusculaire, inflammation de bas grade, perméabilité intestinale, dysbiose, candidose, détoxication hépatique, équilibre sympathique/parasympathique, stress…
 
   Le lien entre cerveau et intestin est très fort avec une interaction constante médiée  par des hormones, et surtout par les systèmes nerveux sympathique et parasympathique. L'hyper perméabilité intestinale est associée à une hyper perméabilité de la barrière hématoméningée, qui est la frontière pour pénétrer dans le territoire du cerveau. C'est pourquoi le traitement du SII doit aussi traiter la composante neuro-cognitive et psychique. De nombreux outils sont possible dans ce domaine dont la phytothérapie .

   L’axe hypothalamo-surrrénalien  interfère  aussi puissamment avec l'intestin car il est le producteur du cortisol, hormone du stress qui influence directement la perméabilité intestinale. Là encore la gestion du stress et le réglage de l’axe cortico-surénalien feront partie intégrante de la stratégie du traitement  du SII .
 


*Critères de ROME  III (OMS) définissant le syndrome de l'intestin irritable : douleurs abdominales  ou inconfort digestif (sensation abdominale désagréable non douloureuse) survenant au moins 3 jours par mois durant les 3 derniers mois, associés avec au moins 2 des critères suivant : 
  • amélioration par la défécation 
  • survenue associée à une modification de la fréquence des selles 
  •  survenue associée à une modification de la consistance des selles
 
Echelle de bristol : standardisation de la consistance des selles